PALEONTOLOGIE - PREHISTOIRE

Etudes Paléontologiques sur les dépôts
jurassiques du Bassin du Rhône

Eugène Dumortier, 1864-1874


> Biographie de l’auteur

Eugène Dumortier (1801-1876) était le quatrième enfant d'un fabricant de dorures lyonnais honorablement connu. Il réussit dans les affaires en continuant l'exploitation familiale. Ayant acquis «une honnête fortune», il se tourna vers les sciences. Alors qu'il atteignait la cinquantaine, il devint étudiant en géologie sous la direction de Fournet, apprit l'anglais et l'allemand et, entièrement pris par sa passion, liquida définitivement ses affaires. Il se lia alors avec Victor Thiollière, qui suivait un cheminement parallèle et fut son compagnon de «courses» dans le Mont d'Or.
En 1853, Dumortier fut admis au nombre des membres de la Société Impériale d'Agriculture, d' Histoire naturelle et des Arts utiles de Lyon. En 1853, il lut sa première communication géologique sur un bloc contenant des pholades, trouvé à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Ses premières notes importantes parurent en 1857, parmi lesquelles : « Note sur quelques fossiles peu connus ou mal figurés du Lias moyen », d'après des échantillons recueillis au Mont d'Or surtout, au cours d'une des nombreuses sorties qu'il effectua avec son ami Thiollière. Le fruit de ses efforts va se traduire par la parution en 1864 du premier tome des « Etudes paléontologiques sur les dépôts jurassiques du Bassin du Rhône », consacré à l'Infra-Lias (= Hettangien). Les tomes 2 (Lias inférieur), 3 (Lias moyen) et 4 (Lias supérieur) suivront en 1867, 1869 et 1874. La parution de la première partie de l'ouvrage reçut le meilleur accueil et lui valut d être admis en 1865 à l'Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon ; son discours de réception porta sur la notion de temps en géologie, notion d'une durée incalculable à l'époque.
La réalisation de cette grande oeuvre mobilisera désormais toute l'activité de Dumortier jusqu'à sa mort, en dehors de quelques courts articles et de la publication, en hommage à Thiollière, de l'ouvrage posthume de ce dernier «Description des poissons fossiles du Bugey», accompagné de planches lithographiques remarquables. Elu vice-président de la Société géologique de France en 1875, il devint malheureusement aveugle et ne put poursuivre la tâche pour laquelle il avait rassemblé un matériel considérable. Il mourut en 1876, un peu avant la parution de son dernier ouvrage qui fut en grande partie rédigé par Fontannes : «Description des ammonites de la zone à Tenuilobatus de Crussol (Ardèche)»

Nous remercions ici Louis Rulleau pour ces indications biographiques.